EPG : Merci à tous ceux qui s’engagent !

 

 

Ce samedi 21 mai 2016 à St-Pierre, l’Église protestante de Genève [EPG] remercie publiquement ses « prédicateurs », ses « chargés de ministères » ainsi que ses trois codirecteurs. Précisions sur les missions et fonctions de chacun.

 

 

Pour la première fois, l’EPG organise un Culte cantonal d’envoi et de reconnaissance. A l’occasion de cette cérémonie, elle saisit l’occasion de dire MERCI à une trentaine de personnes qui œuvrent au sein de l’EPG à différents titres. Bel antidote à la décroissance de notre Église, nous ne pouvons que nous réjouir de ces forces vives qui viendront appuyer les pasteurs et les diacres qui ne devraient plus être que 40 – équivalents plein temps – dès 2020.

 
Les prédicateurs

Au départ, on parlait de prédicateurs « laïcs », déterminant auquel il a fallu renoncer, car il est trop souvent cité dans la presse par opposition à « religieux ». Et aussi pour éviter la confusion avec les célébrants laïcs qui se font grassement payer pour des cérémonies hors Église. Nos prédicateurs – dont certains ont un Master en théologie – travaillent sur demande de leur Région pour présider un culte. Ils ne sont pas membres de la Pastorale mais sont invités aux Journées théologiques. Ils apportent dans leurs cultes une note personnelle bienvenue qui se fonde sur leur expérience professionnelle en dehors de l’Église. Pour ceux qui pourraient craindre qu’ils ne portent ombrage aux pasteurs et aux diacres en place, il n’en est rien puisque c’est souvent avec leur soutien qu’ils préparent leurs cultes. Ces prédicateurs ne sont d’ailleurs pas habilités à procéder aux actes ecclésiastiques (baptêmes, mariages, services funèbres). Certains peuvent toutefois recevoir une « délégation pastorale » qui leur permet de distribuer la sainte scène dans le cadre du culte qu’ils président ou dans un EMS. Ces personnes n’ont pas de contrat de travail avec l’Église et agissent à titre bénévole et en fonction de leur propre disponibilité.

 

▲ Les fidèles de l’Église à la sortie de la Cathédrale St-Pierre de Genève/ © Eric Vallelian

 
Chargés de ministère

Il n’en va pas de même des « chargés de ministère » reconnus par l’Église pour porter la Parole dans le cadre de leurs compétences professionnelles et de leur foi. Certains ont un contrat de travail, d’autres un contrat qui précise leur mandat au nom de l’EPG, d’autres encore opèrent à titre bénévole dans leur Région sans forcément un contrat de travail mais avec une délégation pastorale.

Mais parlons formation. Les « chargés de ministère » et les « prédicateurs » ont parfois un Master en théologie mais pas tous. Comme l’explique le responsable du Service catéchèse, formation et animation (SCFA) : « Nous avons déjà mis sur pied deux formations spécifiques qui comprennent deux axes : un cours de six modules d’une journée et des exercices pratiques entre chaque module, le tout sur une année et qui donne droit à un certificat de l’EPG. En outre, le SCFA offre un service de formation permanente d’un minimum de deux jours par année. »

 
Trois codirecteurs

Quant aux trois codirecteurs (Ressources humaines, Finances et immobilier, Communication), il semblait tout simplement normal de les associer à ce culte de reconnaissance, car ils contribuent aussi de manière spécifique au ministère de l’Église au sens large à travers le ministère d’autorité qu’ils exercent collégialement. Revenons à la célébration du 21 mai qui permettra de reconnaître officiellement à tous une place au sein de notre Église. Il ne s’agira pas d’une « consécration » comme c’est le cas pour les pasteurs et les diacres, mais bien d’un culte de reconnaissance, qui sera présidé par le Modérateur accompagné du Vice-modérateur, du Président de l’EPG et de la Responsable des ministères. Il est prévu que la liturgie soit adaptée aux trois groupes. Les « prédicateurs » bénéficieront d’un envoi et d’une bénédiction, les « chargés de ministère » recevront une Lettre de mission (sorte de Lettre de créance) et les directeurs une bénédiction. Les « prédicateurs » et les « chargés de mission » recevront encore un certificat de compétence. Ce n’est pas tous les jours que l’Église protestante de Genève est à la fête ! Alors rendez-vous sans faute samedi 21 mai 2016 à 17h à St-Pierre. Certes, le lendemain il y aura la célébration de l’Assemblée de l’Église dans les Régions, mais une fois n’est pas coutume… fêtons deux jours de suite !

 

 
Marianne Wanstall-Sauty, pasteure.

Dossier | La VP mai 2016 n°4 – p. 12-13