Du côté des nounous : entre contrat et tendresse

 

 

Face à la pénurie de places en crèches, le mode de garde souple et personnalisé qu’offre la maman de jour est très prisé. Quelles sont les attentes des parents et comment les nounous envisagent-elles leur rôle ?

« Je cherche une personne sensible qui considère cette activité comme un engagement auprès de mon enfant et non comme une source de rémunération », explique Laure. Si une nounou professionnelle ne garantit pas forcément le bonheur de l’enfant, la motivation à exercer cette fonction est souvent un bon indicateur. Ainsi, cette maman se souvient-elle avoir rencontré une candidate qui, durant l’entretien, ne lui a posé aucune question sur les goûts et habitudes de sa petite Zoé. « En revanche, en partant, elle m’a demandé combien elle serait payée pour les heures supplémentaires ! »

Une relation de confiance
Pour Estelle, maman d’Evan, la nounou idéale doit être proactive et ne pas attendre passivement le retour des parents. Elle l’imagine organisant la journée des enfants et veillant à diversifier les activités. Les parents ont tous des attentes différentes mais ils s’accordent en général sur un point : l’essentiel est d’établir une relation de confiance avec une personne désireuse de répondre aux besoins de l’enfant. « J’avais donné des consignes concernant l’alimentation à la nounou de ma fille et je me suis rendue compte qu’elle ne les respectait pas, se rappelle Alicia. Pire, elle ne sortait pratiquement jamais les enfants. J’étais désemparée car quand on travaille à plein temps, il est très difficile de trouver quelqu’un d’autre. »

Berta, maman de jour, prend soin des enfants qui lui sont confiés comme du sien. « Les règles que je pose sont les mêmes pour tous, y compris mon fils. Tendresse, patience et équité sont mes maîtres mots. » Nathalie, infirmière retraitée, a choisi cette occupation par plaisir et compare sa fonction auprès des enfants à celle d’une grandmère. « J’ai des objectifs éducatifs semblables à ceux qu’elle pourrait avoir. Je tiens à ce que les enfants se tiennent convenablement à table, qu’ils soient polis et respectueux. J’aime les gâter, jouer avec eux, leur organiser des activités, mais avant tout, je suis à leur écoute. »

Des règles définies en amont
Toutes deux prennent garde à ne pas outrepasser leur rôle. « Une nounou ne doit surtout pas se substituer à la maman, considère Nathalie. Je rappelle toujours aux enfants que je ne suis pas de leur famille. Cela ne diminue en rien l’investissement affectif. » Berta confirme : « Telle une mère, je suis très attentive au bienêtre des enfants et je ne me prive pas de leur faire des câlins, mais personne ne peut remplacer une maman. » Afin d’éviter tout conflit avec les parents, elles tiennent à valider les règles de vie dès le départ et à définir les éventuelles punitions ou sanctions qu’elles seront autorisées à exercer. De même, anticiper les situations à risques permet de limiter d’éventuels problèmes ultérieurs. « Le contrat qui me lie aux familles stipule que je ne prends pas les enfants en voiture, précise Berta. Par sécurité, je privilégie le bus lorsqu’un déplacement s’impose. » La solution de Nathalie : « Je choisis les parents avant de choisir les enfants et c’est aussi un gage de sérénité » !

Les mamans de jour sont confrontées à des contraintes dont les parents n’ont pas toujours conscience. Certaines familles ont des demandes spécifiques qu’il n’est pas aisé de satisfaire. En outre, les différences d’âges entre les enfants peuvent restreindre les activités. « Lorsque les petits font la sieste, je dois veiller à leur tranquillité tout en occupant les plus grands qui ne peuvent pas sortir », explique Berta. Enfin, il est un sujet qu’elles évoquent rarement, sans doute par pudeur : la séparation. « C’est une souffrance que de ne plus voir un enfant dont on s’occupe depuis des années même si, pour ma part, le lien n’est jamais définitivement rompu », conclut Nathalie. Une chose est sûre : lorsque votre enfant est heureux, votre nounou est un trésor précieux !

Fédération Genève Enfants, pour l’accueil de jour | geneve-enfants.ch

Karine Brawand
La VP mars 2013 / n°2 – p. 33.