« Make your Church » au temple de Plainpalais

 

 

@LeLAB est une initiative inédite au sein de la communauté protestante romande. Cet espace, inauguré en novembre dernier, noue de nouvelles formes de dialogue avec la jeunesse ayant déserté les cultes. Témoignages de celles et ceux qui y trouvent une écoute particulière.

 

 

Carolina Costa fait fureur sur la Toile grâce à Ma femme est Pasteure, série humoristique où foi et société dialoguent à travers le couple. Nicolas Lüthi a élargi sa « vision occidentale de l’Église » en Afrique avant de revenir en Suisse accompagner de jeunes adultes dans leur pratique religieuse. Ensemble, ils animent @LeLAB, projet réclamé par l’EPG, devenu en novembre dernier un lieu et un laboratoire dédiés aux jeunes « en recherche de sens, de spiritualité, de Dieu ».

Make your Church, voilà le slogan que s’est choisi @LeLAB pour définir l’esprit qui règne dans ce lieu, mi-chapelle, mi-foyer. Un espace, situé au sein du temple de Plainpalais, refait à neuf où l’autel côtoie la machine à café et un distributeur de flyers. Dans un coin, une table permet de se retrouver autour d’un texte biblique ou d’un repas. Au centre, des coussins disposés à même le parquet rappellent que l’on peut pratiquer ici la méditation afin de «grandir en humanité à travers une expérience plus directe de la réalité». En effet, le lieu est ouvert aux jeunes à partir de 18 ans, pratiquants ou non, protestants mais pas seulement, qui cherchent des réponses à leurs préoccupations en exerçant aussi leur foi en dehors des rituels.

« Après le catéchisme, j’ai ressenti le besoin d’être encore accompagnée dans mon expérience de la foi. Au Lab, j’ai trouvé cet espace d’échange et d’écoute », explique Déborah Fuchs, 23 ans, qui fréquente un groupe de recherche spirituelle animé par Nicolas Lüthi. Etudiante en Droit, active au sein de sa communauté, elle trouve ici « un cadre adapté à mes questionnements qui, sans se substituer au culte traditionnel, prolonge mon dialogue avec Dieu ».

 

▲ Les jeunes qui ont aidé à la création du @LeLAB. Avec Carolina Costa, Nicolas Lüthi et Adrian Stiefel.

 
Buffet et partage

Une complémentarité totalement étrangère à Cédric Opikoffer, 36 ans, employé de banque : « Je suis croyant, mais je ne vais jamais au culte », confesse ce récent père de famille qui participe aux brunchs parentaux initiés par Carolina Costa. « On se retrouve autour d’un extrait de la Bible et on le discute avec la pasteure. Ce moment de partage spirituel se prolonge ensuite autour d’un buffet où l’on peut aussi parler de nos vies, partager nos expériences et nos interrogations. Pour moi, ça change la donne de faire ces réunions en couple avec les enfants », précise-t-il.

Ce que confirme Nadja Benes, 39 ans, interprète et fille de pasteur : « Cette formule est fantastique parce qu’elle répond concrètement à nos réalités de parents et permet à l’Eglise d’être plus présente dans nos vies. » Et d’insister : « J’ai besoin d’écouter une prédication mais dans ce groupe se met en place un échange précieux et totalement nouveau. Nous parlons de notre façon de vivre la foi au quotidien. On se demande comment transmettre à nos enfants ces valeurs qui nous unissent. »

 
Fantastique soif de liberté

Multi-participante, Esther Um, 34 ans, coordinatrice de formation continue à l’Université de Genève, est investie dans différentes activités du @LeLAB y compris celle d’Adrian Stiefel pourtant consacrée aux problématiques gays au sens large : « La demande est forte de savoir ce que dit la Bible de l’homosexualité, c’est certain. Mais dans ce groupe, on ne se présente pas seulement selon sa sexualité, on s’interroge sur la manière d’exprimer sa foi par rapport à son identité. Le fait de pouvoir trouver dans mon église des réponses à des questions qui restent ouvertes, c’est bien. »

Un vent nouveau soufflerait-il sur l’Eglise ? « Ce qui me plaît au @LeLAB, c’est que l’on me demande à quoi j’aimerais qu’elle ressemble. On me dit : Je suis l’Église, je peux faire Eglise. Ça c’est inédit », explique Esther. Un positionnement moderne que Nadia observe également : « Ces nouvelles formes de communion avec Dieu permettront sûrement à des personnes, peut-être désenchantées par la tradition, de renouer le dialogue avec leur foi. »

Pour Carolina Costa et Nicolas Lüthi, cet engouement autour de ce projet naissant confirme « qu’une véritable demande existe ». S’ils savent qu’il faudra encore du temps pour que @LeLAB s’installe dans le paysage genevois, ils ne doutent pas de leur approche «qui prend en compte les rythmes propres aux nouvelles générations et s’appuie sur leur fantastique soif de liberté ». Aujourd’hui, grâce à @ LeLAB, ils sont rassurés de voir que « les jeunes ont un pasteur et un QG » et que l’Eglise leur dise clairement que « leurs préoccupations appartiennent pleinement à notre communauté ».

C’est l’expérience vécue par Viviane Urio, 20 ans, étudiante à la Haute Ecole de Musique de Genève, qui a participé à un week-end de ski organisé par Nicolas Lüthi : « Nous avons médité mais aussi discuté de plein de sujets de société. Au @LeLAB, il est plus facile de parler, on se sent écouté et guidé par le pasteur, qui devient une véritable source d’information quand il resitue nos conversations dans un cadre plus historique ou théologique. Ça nous permet de ne pas trop dire d’aberrations sans se sentir jugé. »

 

A l’aventure !

En Suisse, le taux de divortialité avoisine les 40%. Pour les pasteurs Carolina Costa et Pierre-André Pouly, cette crise du mariage n’est pas une fatalité. Comment la contourner ? En apprenant à « devenir un bon partenaire ». Cette approche « complémentaire à une préparation religieuse » sera au coeur de la journée, organisée par @LeLAB, ouverte aux couples comme à ceux songeant à s’engager « quels que soient le degré de réflexion et la nature du projet ». Alternant temps à deux et en groupe, théorie et pratique, ces moments d’écoute et de réflexion font appel à la méthode relationnelle Imago « visant la croissance des personnes et le développement d’un amour conscient ». Francis Cossu

Le Samedi 4 juin de 9h à 18h, à la paroisse protestante de Troinex | Prix: CHF 60.– par couple | Informations supplémentaires : carolina@lelab.church

 

 
Francis Cossu

Église | La VP mai 2016 n°4 – p. 30-31